duett.fr


France et Allemagne : lequel de ces deux pays est le plus ouvert sur l’homosexualité ?

Envoyer Imprimer PDF

Mariage homosexuel

Par Eloïse Co­logne
Tra­­­duc­­­tion de Na­dine La­khal
Illus­tra­tion : Jo­na­than Stef­fens

Jörg Stei­nert, pré­si­dent de la plus grande as­so­cia­tion ho­mo­sexuelle d’Al­le­magne ap­pelée LSVD (Lesben- und Sch­wu­len­ver­band in Deut­schland) nous éclaire sur cette ques­tion en four­nis­sant une com­pa­raison franco-al­le­mande et en ex­pli­quant les pro­blèmes de l’ho­mo­phobie qui touche la so­ciété d'au­jourd’hui.

Mise à jour le Mercredi, 20 Mars 2013 22:51

Dans la peau d'un français en Allemagne

Envoyer Imprimer PDF

31600_449799848417547_236077400_nPar Sé­ve­rine Le Dro­guène
Tra­duc­tion : Sé­ve­rine Le Dro­guène et Maïke Hansen
Photo : Sé­ve­rine Le Dro­guène

Le pro­gramme Erasmus fête cette année ses 25 ans. Les Fran­çais et les Al­le­mands ne sont pas en reste : nos étu­diants sont même cham­pions de la mo­bi­lité.  Par sa cul­ture, la France at­tire les Al­le­mands et les Fran­çais se lais­sent tenter par l’exo­tisme al­le­mand le temps d’un se­mestre ou d’un an. Alors, com­pa­triotes fran­çais, avant de partir prenez donc ces quel­ques con­seils !

La France est la des­ti­na­tion fa­vo­rite des Al­le­mands. Quand on est Fran­çais, il est simple de de­viner pour­quoi : une gas­tro­nomie re­nommée, la côte d’Azur, Paris ah Paris ! Quand on est Fran­çais et qu’on s’ap­prête à ef­fec­tuer un échange Erasmus en Al­le­magne, on se de­mande plutôt ce que l’on va bien pou­voir manger et sur­tout com­ment il va être pos­sible de com­prendre des cours, dans une langue qui uti­lise des mots sans voyelles ! Que Nenni ! L’Al­le­magne est un pays, certes bien dif­fé­rent de la France, mais qui a beau­coup d’at­traits que vous ap­pren­drez vous aussi à ap­pré­cier.

Mise à jour le Mardi, 23 Avril 2013 02:38

Das Auto

Envoyer Imprimer PDF

3204816898_60ee68fc21_z

Par: Thomas Le­sa­chey
Tra­duc­tion: Maike Hansen
Photos : www.flickr.com (© Lin­coln­blues)

Le « mo­dèle al­le­mand » est sou­vent con­si­déré comme un exemple éco­no­mique à suivre. Il a sou­vent été évoqué en France, no­tam­ment dans le cadre de la cam­pagne pour l’élec­tion pré­si­den­tielle de 2012 : chacun rap­pe­lant la ré­sis­tance à la crise de notre voisin outre-Rhin, ainsi que la bonne santé de son in­dus­trie, pour en faire la voie à suivre, le mo­dèle sur le­quel cal­quer notre po­li­tique éco­no­mique.
La pro­duc­tion de voi­tures, no­tam­ment de voi­tures de luxe for­te­ment mo­to­ri­sées, dites « pre­mium », est une fi­gure de proue de l'in­dus­trie al­le­mande. Les chif­fres des Audi, Mer­cedes, Volks­wagen, BMW et Por­sche, qu'ils soient de la crois­sance de la pro­duc­tion, de l'in­ves­tis­se­ment re­cherche et dé­ve­lop­pe­ment, ou en­core des bé­né­fices, sont im­pres­sion­nants. Ils sont par ailleurs d'au­tant plus spec­ta­cu­laires qu'ils vo­guent à contre cou­rant des dif­fi­cultés con­nues par le sec­teur au­to­mo­bile mon­dial, en par­ti­cu­lier par les cons­truc­teurs fran­çais, de­puis l'écla­te­ment de la crise éco­no­mique. Sur ce point, pas de doute, il se­rait bon d’imiter les al­le­mands !

Mise à jour le Mardi, 02 Avril 2013 14:04

"Quelque chose est très clair pour moi : nous devons avoir une vision !"

Envoyer Imprimer PDF

IMAG0275

Par Maike Hansen
Tra­duc­tion : Thomas Le­sa­chey
Photos : © Maike Hansen

A l’oc­ca­sion des 50 ans du Traité de L’Élysée, sym­bole de l'amitié franco-al­le­mande, 50 jeunes se sont réunis à Berlin pour dis­cuter des re­la­tions franco-al­le­mande et de l'Eu­rope.

C'est un ballet de con­for­ta­bles chaises pi­vo­tantes sur le tapis de l'ex Chan­cel­lerie d’État de la RDA qui ouvre le pre­mier après midi du Forum franco-al­le­mand pour la Jeu­nesse. Par les fe­nê­tres de la « salle Rouge », on dis­pose d'une vue im­pre­nable sur le Ber­liner Dom, la ca­thé­drale de Berlin.
Du 19 au 23 jan­vier 2013,  le Forum, or­ga­nisé à l'Eu­ro­pean School of Ma­na­ge­ment par l'Of­fice Franco-Al­le­mand pour la Jeu­nesse, a permit à 150 jeunes âgés entre 18 et 25 ans en pro­ve­nance d'Al­le­magne, de France et de Po­logne, des Bal­kans et d'Afrique du Nord de prendre part aux dis­cus­sions.

Mise à jour le Lundi, 08 Avril 2013 16:37

Le livre : marier numérique et papier

Envoyer Imprimer PDF

Xavier VERNET

Par Cyril Quillien
Tra­­duc­­tion de Ro­mana Bar­tels
Photos : Xa­vier Vernet par René-Marc Dolhet

Le livre tel qu'on l'a connu, avec son pa­pier qui crisse sous le pouce et l'index lorsqu'on tourne ses pages, a mué. Au­jourd'hui, il peut tout aussi bien s'ap­peler "ta­blette" que "smart­phone".
L'essor de cette nou­velle façon de lire a pro­voqué en Al­le­magne et en France une mu­ta­tion du sec­teur du livre. La ques­tion n'est pas : doit-on aban­donner le livre pa­pier au profit du livre nu­mé­rique ou bien rester au format pa­pier, mais bien com­ment pro­fiter des nou­velles op­por­tu­nités qui s'of­frent à nous.

Mise à jour le Jeudi, 14 Mars 2013 02:08

Regards croisés sur le 7ème art : quand France et Allemagne font leur cinéma.

Envoyer Imprimer PDF
Photo par Pauline Trarieux

Texte de Pau­line Tra­rieux
Tra­duc­tion de Tina Schreiber
Photos : Pau­line Tra­rieux, mar­cin­la­cho­wicz.com et Swan of Kennet.

Dans un con­texte d'in­té­gra­tion eu­ro­péenne tou­jours plus poussée, Al­le­magne comme France re­ven­di­quent et dé­fen­dent avec fer­veur leur « ex­cep­tion cul­tu­relle ». Que ce soit dans les arts plas­ti­ques, la mu­sique, la lit­té­ra­ture comme le ci­néma, ces deux pays se sont en effet tou­jours dis­tin­gués. Cette dé­mar­ca­tion est frap­pante par­ti­cu­liè­re­ment dans le sep­tième art. De son émer­gence à sa con­cep­tion ac­tuelle en pas­sant par son apogée dans les deux ci­vi­li­sa­tions, le ci­néma évolue dif­fé­rem­ment selon la cul­ture et le con­texte dont il est issu.


 

Mise à jour le Mercredi, 06 Mars 2013 14:42

Tout sous un même toit

Envoyer Imprimer PDF

Par Tina Schreiber
Tra­duc­tion: Pau­line Tra­rieux
Photo: © J.B.  

Pour ac­quérir une ex­pé­rience in­ter­na­tio­nale et des com­pé­tences in­ter­cul­tu­relles, nul be­soin de partir faire un stage à l'autre bout du monde, au Chili ou à Sin­ga­pour ! Il suffit de se pré­senter à la fron­tière et d'y tenter sa chance. L'Al­le­magne, la France et la Suisse oeu­vrent en effet con­join­te­ment de­puis trente ans dans la ré­gion du Rhin Su­pé­rieur, of­frant des stages pas­sion­nants dans des do­maines di­vers et va­riés.

Mise à jour le Jeudi, 31 Janvier 2013 00:10

Le poids de l'Histoire

Envoyer Imprimer PDF

Par Théo­phile Claudel©ALT
Photo : Alain Le Treut
Tra­duc­tion : Jen­nifer Stüwe 

Ma pre­mière im­pres­sion en tant que Fran­çais ar­ri­vant à Berlin fut de dé­cou­vrir à quel point la ca­pi­tale al­le­mande était rem­plie de lieux de mé­moire, no­tam­ment liés à l’Ho­lo­causte. Fin oc­tobre 2012, c’est le Mé­mo­rial des Sintis et des Roms qui était inau­guré par An­gela Merkel, la chan­ce­lière al­le­mande. Cette mul­ti­pli­ca­tion des lieux de mé­moire m’amène à m’in­ter­roger sur les dif­fé­rences de rap­port à la mé­moire en France et en Al­le­magne. En effet, l’ac­tua­lité fran­çaise est plutôt oc­cupée par des su­jets his­to­ri­ques con­tro­versés…

Mise à jour le Lundi, 28 Janvier 2013 16:34

"Ce qui manquait à Wedding, ce sont des endroits." – A propos du recyclage créatif des bâtiments à Wedding

Envoyer Imprimer PDF

Par Rabea KoßStattbad Berlin
Photos: Rabea Koß
Tra­duc­tion: Leslie For­nero

Un ca­sino. Deux ca­sinos. Trois ca­sinos. Lorsque l'on se pro­mène au nord de la Brun­nens­traße, après avoir laissé les restes du mur de Berlin et ses tou­ristes der­rière soi, la re­cherche de lieux in­con­tour­na­bles de­vient dif­fi­cile. Les ga­le­ries, cafés et pe­tites bou­ti­ques sont sou­dain rem­placés par des cy­ber­cafés, des so­la­riums – sans parler des ca­sinos. "Lorsqu'on parle de Wed­ding on en­tend seu­le­ment "ça va venir" ou "c'est assez glauque"", ra­conte Ela Kagel, fai­sant partie des cou­ra­geux qui ont en­core osé s'aven­turer dans ce quar­tier. Cela fait main­te­nant long­temps que l'on se de­mande s'il ne se­rait pas temps de re­donner du punch à ce quar­tier au­jourd'hui rat­taché au quar­tier du centre-ville, Mitte. Mais malgré les loyers abor­da­bles et la proxi­mité avec le centre-ville et le quar­tier bobo Prenz­lauer Berg, Wed­ding est loin d'avoir trouvé son iden­tité en tant que quar­tier ber­li­nois avec sa propre cul­ture et son rythme de vie bien à lui. Quel­ques per­sonnes, ce­pen­dant, se sont ap­pro­priés les lieux, en par­ti­cu­lier les bâ­ti­ments vides du quar­tiers. 

Mise à jour le Lundi, 28 Janvier 2013 16:17

L'amitié franco-allemande confrontée au végétalisme

Envoyer Imprimer PDF

©URBAN ARTefakte

Par Leslie For­nero
Photo : URBAN AR­Te­fakte (Flickr)

At­ten­tion le franco-al­le­mand est plus que ja­mais en danger ! Alors que nous fê­tons en grande pompe le 50ème an­ni­ver­saire du traité de l'Elysée, la jeune gé­né­ra­tion se trouve con­frontée à un tout nouvel obs­tacle sou­vent ou­blié des grandes dis­cus­sions franco-al­le­mandes : le vé­gé­ta­lisme. 

Mise à jour le Lundi, 28 Janvier 2013 16:21

Des vieilles recettes pour dépoussiérer le Hip-Hop : Jazzy Bazz

Envoyer Imprimer PDF

(C) Facebook Page Jazzy Bazz

Par Mike Plitt
Tra­duc­tion : Alain Le Treut - Mike Plitt
Photos : Jazzy Bazz - Rap Con­ten­ders - L'en­tou­rage (Source : FB)

En re­pen­sant à l’âge d’or du Hip-Hop de la côte Est dans les an­nées 90, et à son épi­centre New York, ce sont des noms d’ar­tistes comme Nas, Wu-Tang-Clan ou Big L qui vien­nent iné­vi­ta­ble­ment à l’es­prit.  Mais aussi Chi­cago, ou en­core « la ville de l’amour fra­ternel » Phi­la­del­phia, qui avaient avec « Common » ou le combo « The Roots » des di­gnes re­pré­sen­tants, qui ont très tôt iden­tifié et cri­tiqué la com­mer­cia­li­sa­tion mas­sive du Hip-Hop.

Mise à jour le Lundi, 17 Décembre 2012 10:32

Entre l'amour et la mort avec un "Murmel"

Envoyer Imprimer PDF

Unauf_-_murmel_2Par Lisa Crinon
Photos: Thomas Aurin
Tra­duc­tion : Alain Le Treut

Her­bert Frisch met en scène la pièce de Dieter Roths "Murmel Murmel" avec des mil­liers de cou­leurs, d'images, de mou­ve­ments – et un seul mot.

Si on en croit les pro­verbes "un bref ex­posé vaut mieux qu'un long dis­cours“. Dieter Roth l'a très bien com­pris en écri­vant un livre avec un seul mot : Murmel – sur 176 pages [pro­noncé "mour­meul" en fran­çais, ce mot est po­ly­sé­mique : il peut être tra­duit la "bille", il se rap­porte éga­le­ment aux verbes "mur­murer", "ga­zouiller", "mar­monner" ou "bruire", n.d.t] . Ce n'est qu'après la mort de Roth qu'Her­bert Frisch s'est lancé dans une mise en scène de cette pièce de théâtre.

On écoute uni­que­ment ce mot, sans in­ter­rup­tion : Murmel. Murmel Murmel. Murmel Murmel Murmel. Comme une ab­surde la­men­ta­tion. Et le mot ré­sonne à chaque d'une façon dif­fé­rente, en pre­nant un nou­veau sens, tout en né­gli­geant sa si­gni­fi­ca­tion ini­tiale. Dans ce spec­tacle aux mille et un dif­fé­rents "Murmel", il y a in­con­tes­ta­ble­ment une per­for­mance d'ac­teur. À partir d'un cer­tain temps, le spec­ta­teur n'écoute plus rien. Il n'en­tend plus que des sons et de la mu­sique.

Mise à jour le Mercredi, 14 Novembre 2012 19:24

Page 2 sur 6

Derniers commentaires

Messages sur les Forums

Connexion