duett.fr


Les robots arrivent sur ARTE ! La série 100% humanoïdes : une vision effrayante du monde de demain

Envoyer Imprimer PDF
Index de l'article
Les robots arrivent sur ARTE ! La série 100% humanoïdes : une vision effrayante du monde de demain
Les techniques de robotique avancées

Les tech­ni­ques de ro­bo­tique avan­cées

Tout ceci n’est pas sim­ple­ment que pure hy­po­thèse uto­pique. En Chine, un res­tau­rant qui em­ploie 18 sortes de ro­bots : le « Harbin’s Robot Res­tau­rant », a ou­vert en 2012. Un robot coûte en­viron 47.000 dol­lars, un menu entre 6 et 10 dol­lars. Et l’im­por­tance des ro­bots risque d’aller crois­sante pour ré­soudre les pro­blèmes dé­mo­gra­phi­ques eu­ro­péens crois­sants. À l’oc­ca­sion du salon des soins de Düs­sel­dorf au mois d’oc­tobre der­nier, des ro­bots d’as­sis­tance au soin ont été pré­sentés, comme par exemple le robot ALIAS, qui peut re­con­naître des si­gnaux vo­caux. Dé­ve­loppé par l’Ins­titut Fraun­hofer de Stutt­gart, il de­vrait être com­mer­cia­lisé dans en­viron deux ans. L’ins­titut dé­clare ce­pen­dant que ce robot ne rem­place pas une re­la­tion hu­maine.

Le 9 mars 2013 s’ou­vrait éga­le­ment à Zü­rich la foire « Ro­bots on tour – Con­grès mon­dial et ex­po­si­tion de ro­bots, d’hu­ma­noïdes, de Cy­borg et bien plus en­core ». Plus de 20 dif­fé­rents mo­dèles de ro­botsnao hu­ma­noïdes ont été pré­sentés. On peut sou­li­gner aussi un projet en coo­pé­ra­tion avec l’en­tre­prise fran­çaise Al­de­baran Ro­bo­tics. Leur mo­dèle NAO va être entre autre pré­senté en Al­le­magne dans le cadre du pro­gramme du Dr. Bre­den­feld, pour sen­si­bi­liser les élèves à la pro­gram­ma­tion de tech­ni­ques ro­bo­ti­ques in­no­vantes.

Parmi les mo­dèles les plus hu­mains, Roboy, le plus jeune mo­dèle de la so­ciété d’in­gé­nieur Awtec Zü­rich, pré­senté pour la pre­mière fois en mars au dé­par­te­ment d’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle de l’Uni­ver­sité zu­ri­choise, à l’oc­ca­sion du salon « Ro­bots on tour ». C’est no­tam­ment la tech­no­logie uti­lisée pour son cer­veau ou « Brain tech­no­logie », grâce au­quel il peut ré­pondre in­tel­li­gem­ment à des ques­tions po­sées, comme l’ex­plique Rolf Pfeifer, le Di­rec­teur du projet, dans une in­ter­view pour le site Blick.ch. Les di­men­sions sur­di­men­sion­nées de la tête de Ro­boys lui don­nent un petit air d’ex­tra­ter­restre. Pour dé­finir son vi­sage, un vote dé­mo­cra­tique a été or­ga­nisé sur Fa­ce­book et sa cons­truc­tion a été lar­ge­ment sou­tenu grâce au « Crowd­fun­ding ». Sur son profil Fa­ce­book, on trouve un bon nombre de noms d’en­tre­prises qui ont spon­so­risé ses dif­fé­rentes pièces, leur as­su­rant une pu­bli­cité ori­gi­nale. Quoi qu’il en soit, Roboy a dé­sor­mais son propre profil Fa­ce­book et donc une per­son­na­lité sur les ré­seaux so­ciaux.

In­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle – Quo vadis ?

Les ro­bots sau­vages du « Lund­ströms Werk » font aussi ré­fé­rence à la mer­veille du pro­grès et ils illus­trent une cer­taine sin­gu­la­rité tech­nique. Cer­tains fu­tu­ro­lo­gues, comme Ray Kurz­weil, ima­gi­nent que la ré­vo­lu­tion tech­no­lo­gique pose des bases qui peu­vent lui per­mettre à l’avenir de re­pro­duire et d’évo­luer par elle-même. Une vi­sion à la « Ma­trix ».

Mais ce­pen­dant, la vague de l’au­to­ma­ti­sa­tion est mar­quée au­jourd’hui par son im­mense essor. Il a fallu quatre siècle pour la presse puisse tou­cher le plus grand nombre, le té­lé­phone a eu be­soin de 50 ans pour se dé­mo­cra­tiser en Amé­rique et en Eu­rope, le té­lé­phone por­table n’a eu be­soin que de sept ans et les ré­seaux so­ciaux sont de­venus en à peine trois ans un phé­no­mène de masse. Tout ac­cé­lère. Et c’est au rythme de ces nou­veautés tech­no­lo­gi­ques que les re­la­tions hu­maines évo­luent  à leur tour.

1_Hubot_Market

« Real Hu­mans » est une série, qui, à pre­mière vue, ne fait pas grand bruit, car perdue dans une jungle d’in­for­ma­tion au mi­lieu de nom­breuses au­tres sé­ries de début de soirée. Et si le projet amu­sant d’ARTE-France « Hubot Market » fait preuve d’un cer­tain ta­lent créatif, elle pro­voque aussi peut-être des réac­tions à venir. Celui qui au­jourd’hui tweete : « Mein Hubot fonc­tionne im­pec­ca­ble­ment #hu­bot­market », achè­tera peut-être dans 20 ans son pre­mier robot hu­ma­noïde. Pour quelle tâche ? Le soin de per­sonnes âgées ? L’aide aux de­voirs ? La proxi­mité so­ciale ? Ce genre de série pré­pare donc un peu le ter­rain quant aux pro­blé­ma­ti­ques de ce futur sujet de so­ciété qui risque d’en­gen­drer de nou­velles formes d’or­ga­ni­sa­tion, de mé­ca­nismes de con­trôle, d’amitié, d’amour, de re­pro­duc­tion. Et c’est là que se pose une ques­tion cru­ciale : où en sommes-nous quant à la to­lé­rance de ces nou­velles formes de vies so­ciales, im­pac­tées de plus en plus par des avan­cées tech­ni­ques ? Quelle con­sé­quence au­ront ces fu­turs pro­cessus d’au­to­ma­ti­sa­tion pour les groupes phy­si­ques et vir­tuels ?

Il existe fi­na­le­ment deux écoles dif­fé­rentes lorsque l’on aborde la ques­tion du futur des so­ciétés avec les ro­bots : est-ce qu’il va tou­jours s’agir de ma­chines com­plexes, ou cher­chera t-on à co­pier le mo­dèle bio­lo­gique Hu­main, comme c’est le cas dans la série « Real Hu­mans » : cette ques­tion reste à la dis­cré­tion des dif­fé­rentes en­tre­prises du marché ro­bo­tique. La so­ciété fran­çaise Al­de­baran Ro­bo­tics, par exemple, n’est pas dans l’op­tique de créer des an­droïdes, c’est-à-dire des ro­bots à l’image de l’homme, et c’est for­te­ment no­table lorsque l’on ob­serve leur mo­dèle NAO.

Et si les pre­miers ro­bots sont déjà au­to­risés à servir dans les res­tau­rants, lorsque l’on ob­serve en France les mou­ve­ments de con­tes­ta­tion contre le ma­riage ho­mo­sexuel, on peut dé­sor­mais s’at­tendre à de­voir pa­tienter en­core de nom­breuses an­nées avant que des êtres hu­mains et des ro­bots puis­sent se ma­rier en­semble. Heu­reu­se­ment, les Hu­bots de la bou­tique en ligne d’ARTE n’ont eux rien contre les ho­mo­sexuels. Avec cu­riou­sité nous at­ten­dons la 2ème saison, dont le to­ru­nage á com­mencé de­puis le prin­temps 2013.



Derniers commentaires

Messages sur les Forums

Connexion