duett.fr


Le pop-féminisme

Envoyer Imprimer PDF
Index de l'article
Le pop-féminisme
1
2
3

Pour se donner un ordre d’idées, on pour­rait jeter un œil au « Missy Ma­gazin »  pu­blié pour la pre­mière fois en 2008 à Berlin. Là-de­dans, on traite de pop sans être rin­gard : dans l’émis­sion WDR « Frau TV », la co­fon­da­trice Ste­fanie Loh­mann met à l’hon­neur une nou­velle con­cep­tion des droits des femmes. Li­bérée du sté­réo­type, tombé en dé­li­ques­cence de­puis, des che­veux courts et des poils sous les ais­selles, il lui tient à cœur de lier l’éga­lité des sexes à tous les do­maines du quo­ti­dien. Ainsi, on peut dis­cuter de mode, sexua­lité et de mu­sique d’un point de vue éman­cipé ! Ste­fanie Lohman ap­pelle ça le con­cept po(st)pfé­mi­nisme. Le côté po­lé­mique pour les femmes de thèmes comme la cul­ture, la po­li­tique et la so­ciété les ren­dent pour le coup va­che­ment cool.

A con­trario, beau­coup de jeunes femmes qui ne se préoc­cu­pent pas ex­pli­ci­te­ment de l’éga­lité des sexes trou­vent le fé­mi­nisme dé­passé en plus d’avoir perdu son uti­lité dans l’Al­le­magne mo­derne. Elles con­nais­sent certes la dis­cri­mi­na­tion mais es­ti­ment qu’elle cor­res­pond à un phé­no­mène du do­maine privé. Pour elles, les agres­sions ver­bales, ad­mi­nis­tra­tives ou phy­si­ques sont in­justes mais aussi le ré­sultat de con­flits entre in­di­vidus. C’est à cause de cela qu’elles dé­sap­prou­vent ceux qui con­çoi­vent que des pa­roles inap­pro­priées peu­vent aussi tou­cher des vic­times jeunes ou fai­bles et n’ont dont pas le droit d’être igno­rées.
Est-ce la raison pour la­quelle les femmes, dans le cas le plus fré­quent, ne s’in­sur­gent pas contre les dis­cri­mi­na­tions du quo­ti­dien ? Qui se per­çoit comme fai­sant partie d’une po­pu­la­tion op­primée s’en­gage plus fa­ci­le­ment pour ses droits qu’une com­bat­tante so­li­taire.

Dans les an­nées 70, le mou­ve­ment fé­mi­niste entra sur la scène pu­blique avec le slogan «Ce qui est privé est po­li­tique ». Au­jourd’hui, à l’in­verse, la ten­dance con­siste à con­si­dérer l’éga­lité des sexes comme un pro­blème privé. Malgré les meilleurs ré­sul­tats sco­laires des femmes, ce sont les can­di­dats mas­cu­lins qui sont mieux payés et qui gra­vis­sent les éche­lons plus ra­pi­de­ment. Bien que l’éga­lité ju­ri­dique des sexes existe, ce sont les hommes qui pren­nent les dé­ci­sions im­por­tantes sur le plan po­li­tique et éco­no­mique en Al­le­magne. La vie de tous les jours montre éga­le­ment que les femmes ne sont pas mises sur un pied d’éga­lité avec les hommes. Presque toutes les femmes in­ter­viewées res­sen­tent être d’abord per­çues comme femme- et pas en tant qu’in­di­vidu. Il sem­ble­rait qu’il leur soit qua­si­ment im­pos­sible d’échapper à leur corps. Que ce soit au tra­vail ou en pu­blic, les femmes po­li­ti­ques, les pra­ti­ciennes ou les chefs-étoi­lées cou­ron­nées de succès sont avant tout des femmes. Avec des jambes, des han­ches, des seins. C’est sous cet angle que la presse na­tio­nale et in­ter­na­tio­nale a choisi de dé­crire An­gela Merkel de façon éhontée peu après son en­trée en fonc­tion. En re­vanche, les rides et l’em­bon­point vi­sible sous la che­mise des hommes po­li­ti­ques sus­ci­tent ra­re­ment l’at­ten­tion et, quand c’est le cas, ils se font tout au plus re­mar­quer par leur ab­sence.

Dans le combat pour une meilleure so­ciété, il est donc tou­jours ques­tion de rendre les iné­ga­lités exis­tantes plus vi­si­bles. Les re­con­naître peut déjà être un pre­mier pas po­li­tique.



Derniers commentaires

Messages sur les Forums

Connexion