duett.fr


Le pop-féminisme

Envoyer Imprimer PDF
Index de l'article
Le pop-féminisme
1
2
3



                   Pour dé­cou­vrir ce que l’éga­lité des sexes si­gnifie au­jourd’hui pour les jeunes femmes et à quoi res­sem­blent les con­cepts fé­mi­nistes aux­quels elles s’iden­ti­fient, je me suis en­tre­tenu avec des femmes entre 20 et 30 ans. Il y eut parmi mes in­ter­lo­cu­trices des étu­diantes, des édu­ca­trices, des gra­phistes et une ex­perte sur le sujet de genre de l’as­so­cia­tion Terre des femmes.

 

Mais ces su­jets ha­bi­tent éga­le­ment les mé­dias. Des gon­doles de best­sel­lers, des émis­sions té­lé­vi­sées re­trans­mises quo­ti­dien­ne­ment et des ma­ga­zines gla­mours se con­sa­crent avec un zèle ap­pa­rem­ment iné­pui­sable, chiffre d’af­faires à l’appui, à mon­trer com­ment les hommes et les femmes sont dif­fé­rents. Par contre, les en­quêtes qui af­fir­ment le con­traire sont sou­vent bou­dées. Parce que le pu­blic ne s’in­té­resse pas beau­coup à eux. En­suite, il y a en­core suf­fi­sam­ment de li­vres « don­neurs de le­çons » sur com­ment une femme mo­derne doit se com­porter. De plus près, ces der­niers se ré­vè­lent sou­vent être une sorte de ma­nuel d’uti­li­sa­tion pour l’autre sexe. In­cluant le ma­nuel com­ment une femme en tant que mère as­sure par­fai­te­ment au bu­reau et au lit. Le grand danger se ca­chant der­rière ce genre de lit­té­ra­ture se trouve dans sa par­tia­lité; en effet, il ne peut pas seu­le­ment s’agir dans notre so­ciété mo­derne de per­mettre aux femmes d’as­sumer leur car­rière mais aussi aux hommes leur pa­ter­nité, et d’exiger leur res­pon­sa­bi­lité com­mune. Après le bu­reau, de telles femmes « car­rié­ristes » rem­pi­lent fré­quem­ment pour un autre genre de tra­vail : les tâ­ches mé­na­gères. Pour sou­lager leur cons­cience ma­ter­nelle ? En moyenne, pour­tant, même lorsque les deux par­te­naires sont ac­tifs pro­fes­sion­nel­le­ment, l’homme par­ti­cipe tou­jours moins, et de façon si­gni­fi­ca­tive, aux tâ­ches mé­na­gères.
Ne vou­lons- nous donc pas être égaux ?

Beau­coup de jeunes femmes sont cons­cientes du ca­rac­tère fa­briqué des tra­di­tion­nels sté­réo­types. En même temps, le fait que des ca­rac­té­ris­ti­ques dif­fé­rentes soient at­tri­buées aux hommes et aux femmes re­vient en­core et tou­jours dans les dis­cus­sions. Il n’y a rien de nou­veau à ce que la sol­li­ci­tude et la ca­pa­cité d’iden­ti­fi­ca­tion soient par­ti­cu­liè­re­ment sou­vent as­so­ciées aux femmes, quand la ca­pa­cité de s’im­poser est plutôt con­si­dérée comme mas­cu­line. Pen­dant qu’on montre au quo­ti­dien les dif­fé­rences cor­po­relles entre hommes et femmes, et cela par l’ha­bille­ment (hommes et femmes se­raient-ils si dif­fé­rents si tout le monde por­tait des sa­lo­pettes, du rouge à lè­vres et la même coupe de che­veux ?), les dis­tinc­tions socio-psy­cho­lo­gi­ques ne sont pas si fa­ciles à dé­celer. En réa­lité, il de­vrait être en­core plus dif­fi­cile d’at­tri­buer sans équi­voque pos­sible chaque dif­fé­rence ap­pa­rente à un sexe unique. Pour­tant, ces iden­ti­fi­ca­tions sont com­mu­né­ment ac­cep­tées même si cela est sou­vent in­cons­cient. Voilà pour­quoi cette clas­si­fi­ca­tion de ca­rac­té­ris­ti­ques en fé­minin ou en mas­culin fait partie de ce que nous per­ce­vons comme notre monde.

Qu’est-ce qui a changé dans le fé­mi­nisme de­puis 1968 ?



Derniers commentaires

Messages sur les Forums

Connexion