duett.fr


Dans les coulisses d’ARTE : 16 questions à Irene Selle

Envoyer Imprimer PDF
Index de l'article
Dans les coulisses d’ARTE : 16 questions à Irene Selle
Page 2
Page 3
Page 4
Page 5
Page 6

14) Que faites-vous pour tenir à jour vos com­pé­tences lin­guis­ti­ques ? Les voyages sont-ils obli­ga­toires pour celui ou celle qui sou­haite être per­for­mant dans la langue étran­gère ?

Je m’en­traîne en in­ter­pré­tant dans ma tête des in­for­ma­tions radio, en li­sant len­te­ment et at­ten­ti­ve­ment des li­vres fran­çais (le dic­tion­naire est à côté) et pen­dant mes loi­sirs, par exemple en al­lant ran­donner avec des Fran­çais dans les Vosges. Certes, voyager, et no­tam­ment faire des sé­jours pro­longés à l’étranger, est tou­jours un avan­tage ; mais ap­prendre et com­mu­ni­quer de façon in­tense, cons­ciente et con­tinue doi­vent s’y ajouter.


15) Que res­sentez-vous en fai­sant la na­vette en per­ma­nence entre la France et l’Al­le­magne ? Vivez-vous de façon cons­ciente le pas­sage de la fron­tière ?

Le fait de tra­verser la fron­tière est de­venu une rou­tine pour moi, puisque je fais la na­vette de­puis presque vingt ans entre Berlin (où vit mon mari) et Stras­bourg. Ce pas­sage d’un pays à l’autre a pour con­sé­quence que je dé­couvre en moi des traits « franco-hé­do­nistes » en Al­le­magne et que je réagis par­fois en­core de ma­nière « prus­sienne-ri­gou­reuse » en France.


16) Com­ment per­ce­viez-vous les re­la­tions franco-al­le­mandes avant la chute du Mur et com­ment les voyez-vous main­te­nant ? Que re­pré­sente la coo­pé­ra­tion franco-al­le­mande pour vous ?

D’un point de vue sub­jectif : avant la chute du mur, c’est le Centre Cul­turel Fran­çais à Berlin-Est qui re­pré­sen­tait pour moi le pa­radis des re­la­tions franco-al­le­mandes. Après, le monde et aussi la « France de mon cœur » se sont ou­verts à moi. C’est l’une des rai­sons pour les­quelles je suis allée tra­vailler chez ARTE. Entre-temps, j’ai une pe­tite-fille à Stras­bourg qui grandit en par­lant les deux lan­gues. Ainsi la boucle est bou­clée. En ce qui con­cerne le « le tandem franco-al­le­mand », je sou­haite qu’il con­tinue de pé­daler vi­gou­reu­se­ment et qu’il ne perde ja­mais le rythme.


Merci beau­coup pour le temps que vous nous avez ac­cordé et pour votre gen­tillesse.

Bonne con­ti­nua­tion !

 

In­ter­view réa­lisée par Birte WENZEL.

Tra­duc­tion: Birte WENZEL, Chris­tine RIETH, Irene SELLE



Derniers commentaires

Messages sur les Forums

Connexion